Le truc du mois : cuisiner les courges

Ça sent l’automne, même si le temps chaud vient à peine de nous quitter. L’indice le plus certain de l’automne c’est qu’il y a des cossins épicés à la citrouille partout : à l’épicerie, au café du coin, dans les chaînes de fast food, à la pharmacie, au poste de gaz : partout!

Un des plaisirs les plus grands de l’automne pour moi est l’abondance de légumes. J’adore aller au marché près de chez moi et acheter d’énormes sacs de poivrons, de tomates, de concombres. C’est tellement beau et bon!

Mais je pense que ce que je préfère de l’automne, c’est la courge. Mon chum me faisait remarquer cette semaine que je capotais un peu trop sur la courge. Ou que, du moins, mon enthousiasme pour celle-ci n’était pas nécessairement commun. « Même ceux qui aiment ça beaucoup aiment pas ça autant que toi… »

Et, en effet, je l’admets : j’adore la courge. La butternut, la  spaghetti, la citrouille, la buttercup, la Hubbard, elles ont toutes une place dans mon cœur. J’en mange à chaque semaine. C’est un de mes accompagnements favoris. Et je la cuisine à toutes les sauces. Même au déjeuner. Oui-oui!

Alors, pour le truc du mois d’octobre, je vous présente : quoi faire avec les courges! Je vous propose trois de mes recettes favorites qui, je ‘espère, feront de vous des fans de cucurbitacées!

Avant tout, quelques infos sur la courge en général :

  • La courge est très bénéfique pour la perte ou le maintien du poids parce qu’elle est pleine de fibres et faible en calories (1 tasse de courge / 200 grammes = 75 calories), en plus d’être une super source de vitamines et d’antioxydants de toutes sortes. Et d’être tellement délicieuse!
  • Ne pelez/coupez plus jamais une courge crue, c’est un enfer sans nom! Faites-la cuire entière ou coupée en deux et pelez-la après cuisson avec un couteau ou un économe. C’est vraiment beaucoup plus facile!
  • La meilleure façon de savoir si une courge est cuite? Piquez un couteau ou une fourchette dedans. Si l’outil s’enfonce facilement, elle est cuite. Si vous sentez de la résistance, il lui manque un peu de cuisson.
  • Pas besoin de se casser la tête pour apprêter la courge : faites-la cuire, pelez-la, coupez-la en dés, ajouter du sel et du poivre, un peu d’huile ou de beurre et voilà!
  • La courge cuite se congèle facilement (sauf la courge Spaghetti, qui contient beaucoup d’eau), alors pas de souci si vous avez des restants.

3 recettes étonnantes et succulentes à base de courge!

Je vous propose un type de courge pour chacune des recettes, mais vous pouvez varier à l’infini pour beaucoup de plaisir et de découvertes gustatives!

Avec la belle butternut : Cari de courge butternut et tofu

Cari tofu butternut

Cette recette avec beaucoup de saveurs, inspirée de nos favoris asiatiques, a un peu plus d’ingrédients et d’étapes que mes recettes habituelles. Mais ça vaut la peine! On peut ajuster le niveau de piquant selon sa propre tolérance, ajouter d’autres légumes à la recette si on le souhaite, et sûrement la faire avec du poulet plutôt que du tofu. Une recette réconfortante quand la température baisse!

Pour 4-5 portions

Ingrédients

  • 1 lb de tofu extra-ferme
  • I petite courge butternut
  • 1 c. à table d’huile végétale
  • 2-3 gousses d’ail
  • 2 c. à table de gingembre frais râpé
  • 1 oignon
  • 1 jalapeno (facultatif)
  • 1 tasse de lait de coco
  • 3 c. à table de pâte de cari vert
  • ½ t. de bouillon de légumes ou de poulet
  • Herbes fraîches émincées (coriandre, basilic, etc.)

Étapes

  1. Couper la courge en deux, enlever les pépins et faire cuire à 425 jusqu’à ce qu’elle soit tendre mais encore un peu croquante (environ 45 minutes). Peler et couper en dés.
  2. Couper le tofu en petits dés et le faire sauter dans l’huile jusqu’à ce qu’il soit bien doré.
  3. Faire revenir l’ail, le gingembre, l’oignon et le jalapeno dans l’huile jusqu’à ce qu’ils soient odorants mais pas brunis.
  4. Ajouter le lait de coco, le cari et le bouillon. Porter à ébullition.
  5. Ajouter le tofu et la courge. Bien mélanger. Assaisonner avec les herbes fraîches.
  6. Se régaler!

Inspiré de Dry-Fried Tofu and Pumpkin Curry

Avec la sémillante citrouille : Gruau « tarte à la citrouille et aux épices »

Gruau courge

Recette inspirée de nos voisins du sud, dont l’obsession pour le pumpkin spice est assez confusionnante. Mais cette recette est parfaite pour un petit matin de fin de semaine en famille ou en amoureux. Et la couleur est tellement belle!

Pour deux portions (on peut doubler la recette)

Ingrédients

  • 2/3 t. de gruau non-cuit
  • 1 3/4 t. d’eau ou de lait ou de lait végétal (ou plus, selon la consistance que vous préférez)
  • ½ t. de purée de citrouille
  • 1 c. à thé de votre épice automnale préférée (cannelle, muscade, girofle, gingembre)
  • 1 c. à table de sirop d’érable (facultatif)

Étapes

  1. Mettre le gruau et le liquide dans une casserole et amener à ébullition à feu moyen.
  2. Lorsque ça frémit, baisser le feu et laisser mijoter 3 minutes.
  3. Ajouter la purée de citrouille et les épices et cuire 2 minutes supplémentaires
  4. Laisser reposer 2-3 minutes, séparer dans 2 bols et ajouter le sirop d’érable.
  5. On peut ajouter quelques noix de Grenoble, des graines de chia, des amandes effilées, de la noix de coco râpée ou autre crunchy en garniture pour encore plus de miam!

Avec la pétulante courge Spag : Spaghetti sans pâtes

Courge Spag

OK, là on casse pas sa tête, on réinvente pas la roue, on va pas chercher ça loin. Mais en même temps, c’est super bon! Du comfort food à base de courge!

Pour 4 portions

Ingrédients

  • 1 courge Spaghetti moyenne
  • 2 1/2 tasses de votre sauce à spag préférée (celle de votre mère, sûrement!)
  • Parmesan ou autre fromage au goût

Étapes

  1. Couper la courge en deux et enlever les pépins
  2. Faire cuire la courge. 2 options : au four conventionnel à 400 pendant environ 45 minutes  // ou // Mettre la courge au micro-ondes 8-10 minutes
  3. Faire le test du couteau/fourchette pour savoir si la courge est prête. Elle doit être molle.
  4. Une fois la courge bien cuite, gratter la pulpe à l’aide d’une fourchette pour faire des « spaghetti »
  5. Faire réchauffer la sauce
  6. Mettre la courge dans la sauce, bien mélanger et servir
  7. Assaisonner de parmesan ou d’un autre fromage excitant

 

J’espère que vous allez vous régaler! N’oubliez pas de partager vos trucs et vos recettes de courges en commentaires! Bon automne tout le monde!

Le truc du mois : la préparation de repas (meal prep)

Le meal prep est super tendance en ce moment. Qui eut cru que le fait de faire bouillir des œufs à la coque le dimanche pour en avoir quelques-uns sous la main pendant la semaine pourrait devenir « in » et « cool » et faire qu’un compte Instagram devienne hyper populaire?  C’est pourtant le cas!

C’est quoi la « meal prep »? Tout simplement : prendre un peu de temps pour préparer d’avance les repas de la semaine (meal = repas, prep = petit mot doux pour préparation).

La préparation de repas est utile dans une démarche de perte de poids, mais aussi dans la vie de tous les jours. Pour ma part, ça me permet d’avoir des choix sains sous la main quand j’ai faim, de minimiser mes dépenses de bouffe impulsives et de passer un peu moins de temps chaque jour à planifier mes repas. Bref, c’est un très bon plan.

Aussi, c’est un truc qui est complètement adaptable au temps dont on dispose, à notre horaire, à notre degré d’enthousiasme envers la cuisine, à notre alimentation, etc.

Il y a des gens qui consacrent leur dimanche au complet à préparer TOUS  leurs repas de la semaine à l’avance et à les mettre dans plein de petits contenants qui fittent pour ne plus avoir à se soucier de la bouffe le reste de la semaine. Ça fait des beaux lunches, des frigidaires hyper rangés et des belles photos pour les médias sociaux, en plus de tous les autres avantages du meal prep.

Et il y a moi, la paresseuse du meal prep, qui a des plats Tupperware des années 30, mêlés de plats du Dollarama et de contenant de margarine vides, qui prépare quelques petites affaires en une heure le dimanche matin pour prendre un peu d’avance sur la semaine. Et éviter de mourir de faim devant la porte ouverte du frigidaire en étant incapable de savoir ce que je prends comme collation.

Totalement. Adaptable.

Voici donc mon guide 101 de la préparation de repas, étapes par étapes!

  1. Faire une liste des repas de la semaine et identifier ce qu’on veut préparer

IMG_0310

Mon menu de la semaine est écrit sur le côté du frigo, où j’ai collé un papier style tableau blanc. Fort pratique, et ça économise des arbres!

Commencer par faire une liste des menus de la semaine est une bonne idée. Comme ça, on peut mieux voir où la meal prep est nécessaire. Par exemple, si on planifie des grilled cheese un soir, on sait qu’on ne mettra pas d’efforts à préparer le tout d’avance. À moins d’être ben crinqués et de déballer les Singles préventivement.

Aussi, on n’est pas obligé de préparer tous les repas pour toute la semaine. On peut se concentrer sur les soupers, les collations ou sur n’importe quel repas qui nous pose plus problème à faire au jour le jour. On peut préparer des repas pour 3 jours et se dire qu’on va manger des restes pour les autres jours. Bref, on choisit ce qui a du sens pour notre mode de vie.

Pour mieux prioriser, ça aide de se poser la question : qu’est-ce qui me sera le plus utile? Où est-ce que je manque vraiment de temps? Si vous sacrez toujours à préparer les lunchs, pourquoi ne pas vous concentrer sur ceux-ci? Si vous partez toujours de la maison le ventre vide le matin, c’est peut-être le déjeuner qui sera le bénéficiaire de vos efforts. Si vous prenez tous vos repas de la journée au resto… ça vaut peut-être la peine d’aller acheter une vanette de plats de plastique au Canadian Tire!

Aussi, tout le monde n’a pas la même tolérance à passer beaucoup de temps aux chaudrons. Donc, en faisant votre liste, prenez en considération le temps que vous souhaitez consacrer à l’exercice. Est-ce qu’une heure vous semble déjà trop ou est-ce qu’au contraire la fin de semaine au grand complet semble un peu short?

Ma suggestion : commencez mollo si vous vous lancez pour la première fois dans la préparation de repas. Ça serait plate de manquer de motivation au milieu du projet alors qu’il vous reste encore 8 plats principaux à cuisiner.

Bref, pour commencer la meal prep, il faut évaluer le temps qu’on veut y mettre, faire une liste des repas qu’on planifie pour la semaine et voir ce qui peut être préparé d’avance dans cette liste.

2. Faire son épicerie en fonction de la liste

Rien de pire que de commencer à meal prepper pour me rendre compte que je manque des 12 ingrédients essentiels à mes recettes de la semaine et d’avoir à retourner à l’épicerie!  Le meal prep va prendre le bord, je vais faire semblant de retourner à l’épicerie, arrêter au McDo et manger mon McFlurry devant un marathon de Netflix en revenant.

Donc, avant de se lancer, faire une liste d’épicerie complète et faire ses courses en conséquence.

3. Préparer des plats réutilisables pour mettre la bouffe

Faire un lavage de Tupperware avant de commencer la préparation des repas à l’avance, c’est toujours pratique.

C’est poche de se ramasser avec 2 livres de carottes coupées en bâtonnets et rien pour les ranger.

Juste une petite note : les plats n’ont pas à matcher. Mais vous gagnez des points si oui!

4. Choisir le meilleur moment pour faire la préparation des repas

Est-ce que le meilleur moment est un jour de fin de semaine ou bien un soir de semaine après le souper?

S’assurer qu’on choisit un moment où on n’aura pas à divertir le ptit dernier, en répondant à douze textos à la minute et en finissant son rapport d’impôts. Ça rend la chose plus zen…

5. Bien choisir ce qu’on prépare d’avance

Ce n’est pas tous les aliments qui sont bons  longtemps une fois préparés.

Par exemple, je prépare ma vinaigrette d’avance mais pas ma salade parce que : ouache, une salade de 3 jours! Même chose pour les overnight oats : après 3 jours, ça goûte un peu étrange.

C’est en faisant des tests qu’on devient bon à identifier les aliments qui supportent le meal prep et ceux qui sont meilleurs frais faits.

Mon meal prep hebdomadaire

Crudités

Un beau dimanche de meal prep : concombre, carottes et radis. Et une salade pour le souper!

Personnellement, je ne manque jamais d’inspiration pour le déjeuner et mes lunchs consistent principalement en des restants de la veille. J’utilise donc la meal prep pour préparer mes collations de la semaine et prendre de l’avance sur la préparation des repas du soir.

Je réserve à peu près une heure de mon dimanche pour préparer le tout. Question de ne pas pogner l’air bête.

Voici ce qui fait partie de la rotation régulière de la préparation de repas dans ma cuisine. Je privilégie des aliments qui auront une fonction multiple, qui se conservent longtemps et qui ne prennent pas beaucoup de temps à préparer d’avance.

6 œufs à la coque

Les œufs à la coque non pelés se conservent à peu près 5 jours au réfrigérateur. Mais je les préfère plus frais. C’est pourquoi je n’en fais pas plus, malgré le fait que je leur porte un amour sans limites.

J’utilise les œufs à la coque comme :

  • Collation (deux œufs à la coque = super collation protéinée, facile à transporter et super pour la satiété)
  • Source de protéine dans mes salades
  • Déjeuner sur le pouce (deux œufs + un muffin maison = déjeuner qui me soutient longtemps)

Des crudités

Je coupe des carottes, concombres, courgettes, céleri, etc. que je divise en petites portions. Comme ça se conserve assez longtemps, je prépare jusqu’à 5 contenants, selon la quantité de légumes que j’ai sous la main.

J’utilise les crudités comme :

  • Collation (j’accompagne les crudités d’une petite canne de thon, de fromage cottage ou de yogourt grec nature, par exemple)
  • Accompagnement d’un repas qui manque de légumes (sandwich, burger, etc.)
  • Solution d’urgence quand j’arrive à la maison et que le souper ne sera pas prêt avant un bon moment mais que je me meurs de faim
  • Amuse-gueule si de la visite se pointe à l’improviste!

Un grain entier

Je fais cuire une tasse d’un grain de mon choix : quinoa, orge, freekeh, riz, etc. Bon à savoir, ces grains se congèlent si jamais on en a trop fait.

J’utilise les grains pour :

  • Accompagner un repas – les grains prennent souvent longtemps du temps à cuire, ça coupe le temps de préparation du repas du soir
  • Faire une salade-repas (l’excellente salade de couscous de Ricardo par exemple)
  • Mettre dans une salade de légumes pour la compléter (salade de légumes + protéine + grain = une salade qui rassasie pendant longtemps)
  • Remplacer le gruau au déjeuner – utiliser les grains comme si c’était du gruau cuit, réchauffer (ou on peut manger froid), mettre des noix/graines, du yogourt grec et/ou des fruits et voilà!

Du tofu 

Le tofu se prépare très bien d’avance. Je dirais même qu’il est meilleur le lendemain. Je prépare une brique de tofu, que je fais d’abord fait sauter dans l’huile, ensuite je rajoute un assaisonnement et je l’envoie au four une quinzaine de minutes à 350 pour le faire griller. C’est délicieux.

Mais ça pourrait être aussi des lanières de poulet, des cubes de dinde, du porc effiloché… le monde est à nous!

J’utilise le tofu pour :

  • Faire un repas du soir rapide – j’ai déjà des grains et ma protéine, me reste juste à faire cuire des légumes (et si je me sens très très très lazy, je prends un contenant de crudités et le tour est joué!)
  • Faire des lunchs
  • Collation (j’accompagne mon tofu de crudités ou de fruits, c’est une collation portative et nutritive)

Une vinaigrette

Je n’achète pas de vinaigrette du commerce mais je trouve ça plate de la faire au fur et à mesure. Donc, j’en prépare une pour la semaine.

La vinaigrette à l’huile de canola est la plus pratique car elle ne fige pas au frige. Si on préfère l’huile d’olive, s’agit de sortir la vinaigrette un peu d’avance pour la faire tempérer ou de la glisser quelques secondes au micro-ondes avant de l’utiliser.

J’utilise la vinaigrette pour :

  • Aromatiser mes salades
  • Faire mariner une viande
  • Assaisonner un poisson en papillotes
  • Etc!

Un repas en batch

Quand j’ai le temps et l’envie, j’aime bien inclure dans ma meal prep un repas qui donne  plusieurs portions : un pâté chinois, un chili, un ragoût quelconque à la mijoteuse, etc.

J’utilise le repas en batch pour :

  • Un repas du soir
  • Des lunchs
  • Congeler et ainsi pouvoir avoir un repas du soir ou un lunch pour une semaine à venir

D’une semaine à l’autre, j’adapte bien sûr mon meal prep en fonction des activités de la semaine (si j’ai beaucoup de souper au resto ou que je suis à l’extérieur une partie de la semaine, par exemple), de ce que j’ai le goût de manger et du temps dont je dispose pour préparer le tout.

Mais j’y consacre toujours quelques minutes de mon week end, parce que je trouve que c’est du temps bien investi et ça m’aide à mieux manger.

Avez-vous l’habitude de préparer des repas à l’avance? Si vous avez  des trucs pour faciliter la tâche, n’hésitez pas à laisser un commentaire!

Le truc du mois : quoi faire contre les cuisses qui frottent?

Ha! L’été! Saison du rosé, des longues soirées sur la terrasse, des festivals, du BBQ et… des cuisses qui collent ensemble à la moindre occasion! Pour moi, la combinaison de l’arrivée du beau temps, de la chaleur, de l’humidité et de cuisses bien charnues a longtemps été signe d’inconfort et surtout de limitation de la garde-robe. Jusqu’à relativement récemment, je ne pouvais pas porter de robe ou de jupe l’été sous peine de sentir mes cuisses prendre en feu au moindre déplacement.

Chaque fois que je voyais une fille marcher en jupe ou en robe l’été, j’étais toujours impressionnée. Comment fait-elle, je me demandais, pour endurer ses cuisses qui frottent de façon répétitive l’une contre l’autre à chaque pas, phénomène aussi appelé « la torture la plus insupportable au monde »?

Et puis, j’ai compris quelques trucs. Premièrement, ce ne sont pas toutes les filles qui sont aux prises avec des cuisses qui frottent ensemble. C’est une question de morphologie et non de poids, by the way.

À l’inverse, c’est un problème que beaucoup, beaucoup, beaucoup de madames (et même de monsieurs) doivent affronter, rondes ou minces. Y a même une expression en anglais qui identifie le problème : chub rub. Le ptit mou frotte, comme traduction libre.

Moi, mes cuisses ont toujours frotté ensemble quand elles n’étaient pas séparées par un  morceau tissu. Toujours. Je me rappelle à 11 ans, un fabuleux voyage avec mes parents à Toronto. Ça s’adonne que l’été, il fait plus de mille degrés à Toronto. En tout cas, c’est comme ça dans mon souvenir. Et nous nous promenions dans la ville pendant de longues heures. Une journée, entre autres, à Canada’s Wonderland, j’avais mis une robe soleil que je croyais confortable. Jusqu’à temps que mes cuisses commencent à frotter ensemble et à créer une intolérable sensation de brûlure . Tellement douloureux que j’avais été obligée de coincer le bas de ma robe entre mes cuisses pour continuer à marcher. C’était chic. Et je pense que ça m’a traumatisée pour le reste de mes jours. Une robe l’été = des heures de torture.

En perdant du poids, j’ai eu bon espoir que ce problème se règle de lui-même. Naïveté totale. Mes cuisses sont encore bien collées, toujours heureuses ensemble.

Qu’à cela ne tienne, j’ai fait mes recherches au cours des années et trouvé plusieurs solutions pour vaincre la cuisse qui frotte. Voici donc, en ordre de préférence, mes suggestions pour éviter que les cuisses nous collent cet été!

1. Les Bandelettes

Mes Bandelettes

Mes deux paires de Bandelettes, que je recommande fortement.

Mon produit miracle contre les cuisses qui frottent! Qu’est-ce que les Bandelettes? Exactement comme leur nom l’indique, ce sont des bandelettes de tissu qu’on porte sur chaque cuisse pour les empêcher de frotter. Imaginez-vous des shorts mais sans fond de culotte. Elles sont munies de deux bandes de silicone pour les tenir en place. Elles se font en plusieurs modèles (dentelle, spandex, etc.) et en plusieurs couleurs. Il y a également une gamme pour les hommes parce que, oui, eux aussi, y’ont des cuisses.

Elles sont disponibles via le site Internet de la compagnie. Il y a un guide très bien fait pour choisir la bonne taille parce que, bien évidemment, on ne peut pas les essayer avant l’achat. Ils livrent au Québec et le prix est somme toute raisonnables étant donné la valeur du produit (18$ chacune, soyez à l’affût des promotions pour la livraison gratuite, deux pour un, etc. en vous abonnant à leur infolettre).

Bon, le site présente les Bandelettes comme un accessoire sexy mais personnellement, je préfère vraiment les garder sous mes vêtements. Mais à vous de vous faire une tête là-dessus!

J’en ai commandé l’année dernière en ayant en tête mes expériences malheureuses de fille aux grosses cuisses qui veut être sexy et qui s’achète des bas nylons qui sont supposés coller aux cuisses mais qui roulent jusqu’aux genoux dès que tu penses à marcher. Je ne croyais pas qu’elles allaient rester en place si je bougeais. Et je ne croyais pas qu’elles me permettraient de mettre des jupes/robes courtes. J’avais tort.

Summer

Hé oui, il y a des Bandelettes sous ce bonheur!

Elles marchent très bien et elles conviennent à tout type d’activité. Je les ai portées autant pour faire des longues marches que de la terrasse. Elles restent bien en place et ne dépassent pas des vêtements (à moins de choisir quelque chose de vraiment très court). Et elles font complètement disparaître la sensation de friction entre les cuisses.

Les pour : pas compliqué; grand choix de modèles et couleurs; suppriment à 100% la sensation de frottement des cuisses.

Les contre : demandent un investissement si on en veut plusieurs paires; seulement un endroit pour s’en procurer; elles seront visibles si on porte un vêtement très court.

2. Les gels anti-frottement

Ce genre de produit se vend soit en tube ou en bâton comme un déodorant (l’option la plus efficace car elle permet d’appliquer le produit plus uniformément sans se salir les mains). On l’applique sur toute la surface qui frotte et le tour est joué. Il faut en appliquer de nouveau au besoin.

Il y en a une gamme impressionnante sur le marché : Monistat Chafing Relief Powder Gel, Body Glide, Lanacane Anti-Friction, Gold Bond Friction Defense, etc. Certains sont disponibles en pharmacie, d’autres dans les magasins de sport ou via Amazon.

Ils varient beaucoup en termes de viscosité, sensation sur la peau, résistance à la transpiration et efficacité. S’agit de trouver son champion en fonction de ce qu’on aime, de ce qu’on compte faire en portant le produit (si on veut marcher pendant des heures ou juste tchiller sur un patio) et en fonction aussi de la disponibilité du produit, bien sûr.

Bikini sol

Relax : une journée à la plage sans friction entre les cuisses grâce un gel anti-frottement.

J’ai utilisé Mission Athletecare 5 Hour Anti-Chafe Stick pendant longtemps, mais je crois que le produit n’existe plus. Je l’aimais bien parce qu’il ne créait pas trop de sensation graisseuse, qu’il durait longtemps et était vraiment très efficace. Je l’ai testé pendant des voyages en Amérique latine où je marchais beaucoup et il ne m’a jamais laissée tomber. Et en plus, il était vendu comme un gel « athlétique », donc je me sentais comme une marathonienne juste à l’acheter!

Les pour : invisibles; permettent de porter tout type de vêtements (notamment le maillot de bain); pas très dispendieux (entre 15$ et 25$ pour un tube qui va durer plusieurs semaines).

Les contre : efficacité qui varie selon la marque; sensation plus ou moins agréable entre les cuisses; besoin de réappliquer si on est très actif ou qu’il fait très chaud.

3. Les shorts / boxers

Là encore, plein d’options s’offrent à nous : il y a les boxers (il paraît que la marque Jockey pour femmes est très efficace), les cuissardes de vélo, les shorts stretch, etc. Plusieurs marques de sous-vêtements proposent des variantes à mettre sous une robe ou une jupe pour éviter le frottement des cuisses.

J’ai aussi essayé cette option, qui est très confortable. Mais j’ai eu quelques problèmes à trouver la bonne longueur de shorts. Trop courts, ils ne font pas la job et les cuisses frottent quand même entre elles ET avec le bord du short. Atroce.

Trop longs et on ne peut plus mettre n’importe quelle robe/jupe sous peine que le sous-vêtement paraisse.

Personnellement, c’est une option qui me plait moins que les précédentes. Mais en magasinant un peu et en faisant quelques essais de différents modèles, nul doute qu’on peut trouver quelque chose d’assez efficace.

Les pour : Confortable; aucun frottement si le short est bien choisi.

Les contre : contraignant, car on ne souhaite pas nécessairement que le short paraisse sous notre vêtement; c’est une couche de vêtement de plus à supporter quand il fait chaud; assez dispendieux (20$ par short en moyenne, et il nous en faut plus qu’un).

Évidemment, ce ne sont que trois suggestions parmi une très grande panoplie de moyens pour soulager le frottement des cuisses l’été. Beaucoup de blogueurs se sont penchés sur la question, notamment Ton petit look. Même le Journal de Montréal a son mot à dire sur la question! Certains ne jurent que par le talc, d’autres utilisent un simple anti-sudorifique et certains sont très inventifs, ayant recours à du Pam, du lubrifiant ou du bon vieux corn starch. Avec évidemment différents degrés de succès!

Et voilà! Ne reste plus qu’à vous souhaiter un super bel été, sans cuisses qui collent et qui frottent! Si vous avez d’autres trucs, n’hésitez pas à  les partager en commentaires!

*Aucune des marques citées n’a commandité le contenu plus haut.