Comment se motiver à être actif

J’ai toujours été l’antithèse du sport. D’aussi loin que je me rappelle, l’activité physique était synonyme de souffrance pour moi. Ou d’ennui. Ou de torture. Mais certainement pas de plaisir. Ni de loisir.

J’ai grandi dans les belles années du ballet jazz. Quand j’avais cinq ans, ma mère a donc décidé de me gréer d’un léotard rose et de legwarmers assortis et de m’inscrire au centre de loisirs local pour un cours à la saveur du moment.

Misère.

Je pense que j’ai toffé un gros 5 minutes. Incluant les réchauffements. Tout ce que je me rappelle de l’expérience, c’est la douleur. Mes micro-jambes de 5 ans chignaient solide face à cette nouvelle activité. J’ai pleuré. On m’a escorté à l’extérieur du cours. Fin de ma carrière de ballet jazz.

Puis, rapidement, mes problèmes de poids sont apparus. Aussi tôt que les premières années du primaire. Et le sport est devenu pour moi une source de stress. Je devrais dire : les cours d’éducation physique. Car je ne faisais aucun sport à l’extérieur de ce contexte. J’étais obsédée par le jugement des autres, je n’étais pas très bonne dans quoi que ce soit, je me fatiguais vite. Bref, mes années de primaire et de secondaire ont été consacrées à trouver des bonnes raisons pour skipper les cours de sport. Avec un taux de réussite assez élevé.

Donc, on ne peut vraiment pas dire que la pratique d’une activité physique est un penchant naturel chez moi. C’est pas mal de l’acquis et non de l’inné. J’ai développé un plus grand intérêt pour l’activité physique en même temps que j’ai progressé dans ma perte de poids. Évidemment, il y a une grande corrélation entre les deux. Plus on est en forme, plus c’est facile de faire du sport.

Et bien sûr, l’activité physique contribue à la perte de poids.

Raquette

La découverte d’un nouveau sport grâce à la perte de poids!

Maintenant (ou je devrais plutôt dire « en ce moment » parce que rien n’est jamais acquis pour de bon dans la catégorie perte de poids), je me considère comme relativement active. Je vais au gym trois fois par semaine, et mes entraînements sont intenses. Je peux sans problème différencier un squat d’une fente d’un développé couché, un kettle bell d’une haltère d’un barbell. Qui l’eut cru? Je marche régulièrement un parcours qui inclut des forts déclinés et des longs escaliers, je profite de mes pauses de dîner pour faire des promenades, je privilégie le transport actif, etc.

Bref, l’activité physique fait partie de ma vie. Et ce n’était vraiment pas gagné d’avance, compte tenu d’où je suis partie.

Alors, comment on fait pour se motiver à faire du sport ou pour intégrer l’activité physique à son quotidien? Voici quelques pistes qui m’ont permis d’y arriver.

Choisir une activité qui nous plaît

Premier élément et le plus important : le meilleur sport pour atteindre notre objectif, c’est celui qu’on a le goût de faire. Votre beau-frère a perdu du poids en faisant du cross fit? Votre voisine ne jure que par la Zumba? Votre copinette capote sur le yoga? Parfait pour eux! Mais il n’y a pas qu’une seule activité physique qui peut nous apporter les résultats souhaités. Toutes les activités sont bonnes, dès qu’elles nous font bouger, pomper le cœur, suer, lever les fesses du divan. Aucune n’est meilleure qu’une autre.

Il faut donc trouver l’activité qui nous plaît. Mais comment on fait ça? S’agit d’essayer, de magasiner, de chercher. Et c’est sûr qu’on va trouver. Impossible de n’aimer aucune activité physique.

Et, pensons-y, la vie est bien trop courte pour « s’obliger » à faire un sport qu’on déteste. La solution? Trouver celui qu’on aime pour avoir moins besoin de motivation externe pour le pratiquer!

Commencer tranquillement

Ça peut être difficile de commencer une activité physique quand ça fait plusieurs années qu’on n’a pas mis une paire d’espadrilles. Le corps a tendance à protester. À nous faire regretter notre fauteuil. Normal, notre corps est programmé pour conserver l’énergie, pas pour la dépenser sur un vélo. Il faut juste lui apprendre que c’est chouette aussi, être actif.

Mais pour ça, il faut commencer tranquillement. Se donner le temps d’apprécier le sport. Éviter les blessures. Éviter d’être raqué pendant deux semaines après notre première séance. Sinon, on risque fort de ne pas vouloir y retourner.

C’est pour ça que c’est important de commencer une activité physique à son rythme et de ne pas pousser au-delà de ses limites. Il n’y a aucun avantage à être à un cheveu de la mort quand on fait du sport. On ne perd pas de poids plus rapidement. Ce n’est pas plus efficace. On ne brûle pas plus de calories. On fait juste s’épuiser et se rendre la vie dure. Petit train va loin…

Se trouver un partner

Quand on est deux ça va deux fois mieux! Ça peut être bien motivant de commencer la pratique d’une activité physique avec un autre débutant, ou avec une personne d’expérience qui pourra nous faire profiter de son savoir.

C’est moins intimidant d’entrer dans un gym ou dans un nouveau cours de groupe avec un acolyte. Autre bénéfice, c’est moins facile de tchôker quand quelqu’un nous attend. À condition bien sûr que notre partenaire soit un facteur de motivation! Il faut donc choisir un complice qui va nous encourager à tenir nos bonnes habitudes et non qui va toujours essayer de nous convaincre d’aller magasiner au lieu d’aller faire du sport.

Depuis plusieurs années, ma mère est ma partenaire de gym. Nous comptons l’une sur l’autre pour se motiver. On a un truc infaillible pour y arriver : on ne se dit pas avant d’être en route si ça nous tente ou non d’y aller. Une fois rendue sur place, on fait chacune notre petite routine de notre côté, mais je trouve ça motivant de savoir qu’il y a un visage amical dans la foule, de pouvoir chiâler avec elle sur le fait qu’il y a trop de monde/qu’il fait chaud/que le gars a donc ben des shorts trop courtes, etc. Et de voir ma mère qui a déjà dépassé le cap des 70 printemps faire des push ups et des squats, ça me donne toujours un gros boost de motivation. Et ça me dit que l’activité physique est certainement l’une des clés de sa vitalité et de sa jeunesse éternelle. Ça me donne le goût de continuer.

OK mais on fait quoi quand personne de notre entourage ne partage notre nouvel entrain pour l’activité physique? Ça n’est pas nécessairement dramatique. Au gym, on peut  prendre un premier rendez-vous avec un entraîneur privé, question de se familiariser avec l’environnement, trouver ses repères, avoir un programme d’entraînement adapté à ses besoins et objectifs et avoir quelqu’un à saluer quand on arrive.

Sinon, les cours de groupe peuvent aussi être une belle alternative si on ne veut pas être seul. L’énergie du groupe peut être très motivante et on risque d’y rencontrer de futurs partenaires d’entraînement. Il existe aussi des clubs de randonnée, d’escalade, de rafting, etc. et plein de groupes sur Facebook qui rassemblent des gens avec le même intérêt, débutant ou expert. ne faut pas avoir peur de faire des essais!

Programme d'entraînement

Grâce à mon entraîneure, mes visites au gym ne sont jamais ennuyantes! Oui, les dessins aident énormément!

Le mettre à l’agenda

C’est fou, mais on a beaucoup moins tendance à annuler un rendez-vous chez le coiffeur qu’une séance de sport… Quelle est la différence entre les deux? OK, c’est peut-être plus le fun pour la plupart du monde de se faire pomponner pendant une heure que de suer sa vie pendant le même laps de temps. Bon point.

Mais, une autre différence est qu’on a tendance à planifier une visite chez le coiffeur : il faut appeler, prendre rendez-vous, faire fitter tout ça dans son horaire. Ça devient donc un rendez-vous important. On tasse d’autres activités pour aller chez le coiffeur. Qui n’a jamais repousser l’heure d’un souper au resto ou d’arrivée dans un 5 à 7 à cause d’un passage sur la chaise du barbier? Ou chez l’esthéticienne. Ou au garage. À la manucure. Etc.

Pourquoi ne pas en faire autant avec l’activité physique? C’est-à-dire planifier les moments pour faire du sport en fonction de son horaire et les inscrire à l’agenda. Et les voir comme des rendez-vous importants qu’on ne tasse pas pour aller prendre un café.

Chaque dimanche, je planifie mes séances de gym pour la semaine à venir en fonction des autres activités familiales, amicales, professionnelles, etc. Et, une fois que j’ai identifié les jours où j’irai au gym, c’est considéré comme un rendez-vous important, un engagement. Si d’autres activités se pointent, elles n’ont pas la priorité. Donc, ça m’arrive de négocier le début d’une activité entre amis en fonction de ma sortie du gym. Je n’ai pas de problème avec ça. Et personne de mon entourage non plus.

Se tendre un piège quand la motivation ramollit

Même si on a la motivation accotée dans le plafond la plupart du temps, ça peut parfois nous arriver de sentir l’appel du cocooning. Ce que j’appelle la sirène du tchôkage. C’est normal. Ça ne fait pas de nous des paresseux ou des pas fins.

C’est un truc que j’ai répété souvent, mais il marche tellement bien que ça vaut la peine de le redire encore une fois. Quand je sens que je suis très près de garrocher mon sac de sport au bout de mes bras et de ramper sous ma doudou, je me tends un piège. Je me convaincs de me rendre quand même au gym, mais de faire la moitié de ma routine. Et de skipper la partie qui me demande trop d’effort. Je me dis que ça me fera du bien quand même d’avoir fait un court passage au gym, même si je ne force pas fort. C’est mieux que rien, tsé.

Et, systématiquement, une fois arrivée au gym et changée dans mes vêtements de sport, espadrilles au pied, la flemme disparaît. Et je me dis que tant qu’à avoir pris la peine de venir au gym, je vais faire ma routine comme d’habitude. Pas de farce, c’est vraiment magique!

Même chose pour la marche matinale. Quand mon lit me fait de l’œil, je me dépêche à mettre mes bottes ou mes espadrilles et à sortir de la maison. Une fois dehors toute prête, je me sentirais un peu ridicule de rentrer me coucher. Alors je commence à marcher…

En randonnée

Une fois l’attirail sur le dos, difficile d’annuler l’activité!

Se donner le droit à un break à l’occasion

Hé oui, se donner le droit à une pause une fois de temps en temps fait aussi partie de la motivation. Je suppose ici que nous sommes tous humains (sinon, je salue les Autobots parmi nous!). Et donc, qu’il se peut qu’on tombe malade, qu’un deadline imprévu nous retienne à la job, qu’une invitation once-in-a-lifetime se présente ou que, tout simplement on n’ait vachement pas le goût de puncher présent à notre séance de sport prévue. Ça arrive occasionnellement. Rien de très fâcheux là-dedans.

Quoi faire dans ce cas? Savourer sa pause. En profiter. Ne pas se sentir coupable. Et reprendre là où on a laissé à la prochaine occasion prévue à l’agenda. Simple, non?

L’activité physique qu’on aime faire et qu’on veut faire a beaucoup de bienfaits pour la santé en général, à la fois physique et mentale, et est un outil utile pour la perte de poids. Comme pour tout ce qui touche au bien-être et à la gestion du poids, il faut simplement trouver ce qui marche pour nous, en fonction de nos intérêts, du temps qu’on a à y accorder et de nos objectifs. Et ne pas avoir peur de faire des essais. On ne sait jamais quelle activité peut nous tomber dans l’œil! Et changer notre vie!

À ce sujet, je vous invite à voir d’autres publications sur le blogue : Truc du mois : essayer une nouvelle activité physique – mon expérience de spinning et Mon tout premier cours de groupe!

 

2 réflexions sur “Comment se motiver à être actif

  1. Moi j’ai savouré ma pause hivernale de randonnée pédestre. La semaine dernière j’ai remis le pied à l’étrier et quel bonheur 💕 24,5km hihaaaa ça fait un bien fou 😜
    Mes sports solos sont : danse style cardio à la maison, cerceau, aquagym, et bien sûr marche
    Tu as raison, il faut se bouger, c’est bon pour la ligne et le moral !
    À bientôt 😉

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s