Faire de sa perte de poids une priorité

On arrive bientôt au temps des Fêtes. Un moment pas facile pour les gens en perte ou en maintien de poids. On a mille et un cossins à faire. Entre courir le cadeau du beau-frère, penser au menu du souper de Noël, décorer la maison, passer une huitième fois au Costco, pas facile de se garder du temps pour sa perte de poids. Pas facile que ce projet reste une priorité.

Le temps des Fêtes est l’une des meilleures excuses pour remettre un projet de perte de poids à plus tard. Pas mal plus tard.

Qui n’a jamais pensé « Oui, j’aimerais bien perdre du poids, mais là, les Fêtes arrivent. Ça me donne rien de commencer. Je m’occuperai de ça en janvier ».

Les Fêtes sont un exemple de raison pour reporter un projet de perte de poids, mais pas le seul. J’en ai déjà utilisé personnellement plusieurs : les vacances d’été, la semaine de relâche, un voyage, la fin de semaine, mardi, la fête du chat, etc.

C’est vrai que ce n’est pas facile de commencer une perte de poids. Et dans un contexte moins routinier qu’une semaine typique metro-boulot-dodo, le défi est plus grand.

Mais ce n’est pas impossible. J’ai commencé ma perte de poids un 24 novembre. Un solide 30 jours avant les Fêtes. J’aurais très bien pu faire mon calcul habituel : le 24 novembre, Noël est dans exactement un mois, ça ne me laisse pas de temps pour commencer à perdre du poids, prendre une pause pour les Fêtes et recommencer après.

Mais pour moi, ce n’était pas ce genre de projet. Je commençais une perte de poids, mais je changeais aussi mes habitudes, mon mode de vie. Ce n’était pas un projet temporaire que je suspendrais pendant le temps des Fêtes. C’était un projet qui ne serait pas influencé par les conditions extérieures. Je voulais en faire ma priorité. Mon projet numéro un.

Et c’est un pari que j’ai gagné. Mon premier Noël en perte de poids a été un succès. Je n’ai pas exactement maintenu mon rythme de croisière, mais je n’ai pas non plus pété les plombs et foutu mon projet par-dessus bord. Ça a été une vraie belle victoire. Et ça m’a permis de me faire confiance et de croire de plus en plus que je serais capable d’atteindre mon objectif.

Il n’y a pas de moment idéal pour commencer à perdre du poids. Il n’y a pas de moment dans une vie où rien n’arrive, où on a devant soit trois, dix ou 18 mois sans occasion spéciale, dans notre bulle, en plein contrôle sur notre horaire et notre alimentation.

La façon dont je le résume souvent c’est « Ce sera toujours la fête à quelqu’un », c’est-à-dire qu’on aura toujours des occasions spéciales en travers de notre projet. C’est correct, c’est la vie. Et une perte de poids où on éviterait toutes les occasions spéciales pour ne pas nuire à notre processus, ça me semble malsain en titi. Il faut apprendre à intégrer la perte ou le maintien de poids à la vie normale, avec ses imprévus, ses occasions spéciales, etc. Ça fait partie de la vie!

Et alors, comment on fait pour garder le cap à Noël, au jour de l’an, à Pâques, à la fête de mononc Marcel, etc?

Bateau

Comment garder le cap? Devenir le capitaine de son bateau!

Comment on continue notre projet de perte de poids quand tout semble indiquer qu’on aura la plus grande misère au monde?

On fait de sa perte ou du maintien de son poids notre priorité. On se choisit. On apprend à dire non. On recommence.

Affirmer l’importance de son projet

Il n’y a rien comme d’être convaincu de l’importance de quelque chose pour que toutes les embûches soient plus faciles à tasser du chemin.

Avez-vous déjà vu une ambulance tous feux allumés et sirène criante se frayer un chemin dans le trafic de 17h? Il n’y a rien qui l’arrête et pas grand-chose qui la ralentit.

C’est à nous d’être l’ambulance! Quand notre perte de poids devient notre projet important, qu’on sait pourquoi on veut perdre du poids, que c’est quelque chose qui nous tient à cœur, c’est plus facile de faire les choix qui sont en accord avec notre objectif. Et de ne pas se laisser distraire par tout le reste. On ne penserait pas remettre à plus tard de s’occuper d’une marmite qui déborde, d’un bébé qui pleure, d’un détecteur de fumée qui hurle. Même chose avec notre perte de poids : il faut en affirmer l’importance et lui donner toute notre attention et notre dévouement.

Ce n’est pas d’être égoïste ou centré sur soi-même de donner une priorité à un projet pour soi. Quand on prend soin de soi-même, quand on progresse vers un objectif important pour nous, quand on se donne le droit de passer en premier, ça ne veut pas dire qu’on oublie tout le reste et tout le monde. Ça veut juste dire qu’on priorise différemment. Pas de mal là-dedans!

Et ensuite, on allume les gyrophares et les sirènes et on met les gaz!

Se choisir

Victoire

Se choisir, c’est gagnant!

C’est délicat ce que je m’apprête à dire, mais c’est une réalité. Ce n’est pas tout le monde qui peut nous aider quand on est déterminé à perdre du poids.

Parfois, ce n’est pas conscient ni volontaire. Ma mère, par exemple, aime nourrir les êtres vivants autour d’elle. Elle a un chihuahua obèse et un chat soufflé à l’hélium. Elle trouve que quelque chose de vivant qui n’est pas en train de manger fait pitié.

Quand je vais chez elle, peu importe l’heure, elle me propose un snack. Quand je mange chez elle, elle me sort toujours 8 à 12 propositions de desserts après le repas. Et elle ne prend pas facilement « non » comme réponse. Et j’ai toujours l’impression d’un peu la laisser tomber quand je décline ses offres répétées. Et des fois, je le fais d’une façon un peu brusque et je m’en veux après. Parce que ce n’est pas qu’elle est mal intentionnée. Ma mère est très fière de ma perte de poids. C’est ma cheerleader numéro un. C’est juste comme ça qu’elle est faite.

Mais, si je l’écoutais, je ferais sans cesse une exception à mon plan de maintien de poids. Et, au final, ça nuirait à mon objectif.

Les exemples sont légion de gens qui nous encouragent à faire des écarts qu’on n’a pas le goût de le faire. Je ne suis certainement pas la seule à avoir déjà entendu des choses du genre « C’est Noël, tu peux pas pas manger de bûche! », « C’est ma fête, tu vas pas boire juste de l’eau! », « Ben là, mange du gâteau, je l’ai fait juste pour toi! ». Une genre de manipulation alimentaire, consciente ou non…

Quoi faire dans ce cas? Se choisir. Autant de fois que nécessaire. Et se rappeler qu’on n’a pas à se justifier. Ma perte de poids, mon choix. Que matante Blandine trouve que j’ai pas besoin de perdre du poids, que le voisin me dise que ça ne va pas me faire de tort de manger un peu de son sucre à la crème, ça ne les regarde pas.

Et j’ai bien le droit de choisir ma perte de poids plutôt que de prendre un morceau de tarte. C’est moi qui décide.

Apprendre à dire non

C’est inconfortable, dire non. Quand tout le monde prend un apéritif, commander un bon verre d’eau, c’est malaisant. Quand c’est le temps du dessert, passer son tour, ça frôle l’impolitesse. Quand quelqu’un a cuisiné toute la journée et qu’il nous offre une deuxième portion de toute, on se sent cheap de refuser.

Mais c’est inévitable : en perte de poids, il faut parfois dire non. Non à la portion de trop, à l’aliment qui nous apporte plus de calories que de plaisir, à l’activité qui est peut-être celle qui nous fera déraper.

Mais quand on est convaincu que notre objectif est important, quand on a appris à se choisir, c’est plus facile de dire non.

Et éventuellement, notre entourage apprend à ne pas insister, finit par comprendre que les choses ont changé, s’adapte à nos nouvelles habitudes, et devient un peu plus aidant. Pas tout le monde, bien sûr, mais une bonne gang. Alors, dire non devient de plus en plus facile. Il faut juste commencer!

Trouver son équilibre

Afternoon tea

Une des fois où j’ai dit oui!

Faire de sa perte de poids une priorité, c’est une des clés du succès pour atteindre son objectif. Quand on a un projet important entre les mains, on met tout en œuvre pour le réaliser. C’est ce qui nous drive, c’est notre source de motivation.

Mais ça ne nous empêche pas d’avoir d’autres projets dans la vie. Ou de faire parfois des choix qui sont en lien avec d’autres priorités comme avoir du fun, partager un moment en famille ou entre amis, faire une découverte culinaire, etc.

Bref, une fois de temps en temps, on peut dire oui à ce qui nous fait vraiment plaisir! Oui à la frite ou au verre de vin ou au morceau de gâteau, vu que c’est la fête à quelqu’un!

Ça va juste faire du bien. La perte de poids, c’est un projet à long terme!  Et le maintien du poids, c’est un projet pour la vie. Il faut viser l’équilibre.

5 réflexions sur “Faire de sa perte de poids une priorité

  1. Coucou,
    J’aurais pu écrire ces mots 😉
    J’ai commencé en plein mois de juillet… au moment des glaces, des barbecues … Non mais il y a toujours une excuse pour reculer, un jour faut sauter le pas …. Toute façon, ici l’envie de changer était devenu une urgence, alors soit tu t’acceptes et tu arrêtes de te plaindre, soit tu fais en sorte de changer !

    Ah le fameux non ! C’est très facile à dire pourtant…. Là aussi, on te dit « oui mais… on ne peut pas dire toujours non ! » Cela dépend. Je préfère dire non pour me mieux dire oui, quand je l’aurais décidé. Ce ne m’isole en rien. Au boulot, je refuse chacune des gourmandises, les autres en mangent moi non, je ne me sens pas isolée pour autant, je rigole, parle avec eux tout de même, mais sans avoir les mains et la bouche pleine! Puis finalement, on s’aperçoit que quand on dit non, on est suivi ! Exemple au resto, lors de l’apéritif, je commande un perrier tranche, pas d’alcool, pas de sodas, pas de cocktail fruité… et certains font finalement pareil ….. Tout comme le « pas de dessert » …. Faut oser… et si il y a des remarques, faut laisser dire!
    Et effectivement, se choisir, c’est l’option gagnante pour soi, et aussi pour son entourage, cela a forcément des répercussions positives sur le reste de la famille.
    Bonne continuation, et bon mois de décembre!
    A+

    J'aime

    • Absolument! Mais beaucoup de gens ont de la difficulté avec ce concept. Et ce n’est pas toujours mal intentionné. Mais il faut faire nos propres choix et ne pas toujours essayer de plaire. Mais ce n’est pas toujours facile!

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s