Gérer sa garde-robe pendant une perte de poids

L’année dernière à peu près à la même date, je finissais ma perte de poids. Enfin, je ne savais pas encore que je la finissais, parce que j’étais à dix livres de mon objectif. Mais mon corps avait décidé pour moi. La balance ne bougerait plus.

Et donc, après avoir perdu 72 livres, j’ouvrais mon garde-robe (le lieu) pour constater que ma garde-robe (le concept) était inexistante. Au printemps 2015, je pesais 200 livres. J’avais remisé mes vêtements dans un bac de plastique en espérant qu’ils ne me feraient plus du tout au printemps 2016.

Souhait réalisé!

Mais je faisais face à un autre genre de problème : je me retrouvais avec plus rien à me mettre. Pas le genre de plus rien à me mettre où le garde-robe est plein d’options mais qu’elles ne te tentent pas, t’es tannée de les voir, t’as besoin de changement, donc t’as plus rien à te mettre.

Nenon. Plus rien à me mettre du genre : ma seule paire de pantalons est deux tailles trop grandes et ce sont des corduroy. Pas chic pour l’été. Du genre : tous les hauts que j’ai ont l’air d’avoir appartenu à une grande sœur qui mesurerait 8 pieds 4.

C’est là que j’ai réalisé que la perte de poids (ou en fait, tout changement que subit notre corps) a un impact financier bien réel.

En perdant 70 livres, j’ai dû changer plusieurs fois de taille de vêtements. Je suis passée d’une taille 18 (1X) à une taille 10 (M) en 18 mois. Un heureux problème, me direz-vous. Mais un problème quand même quand t’es pas l’héritière Hilton.

Grosso modo, chaque 10 livres perdues signifiait une nouvelle taille de vêtement. Dans le chapitre des « bizarre mais vrai », même mes souliers sont éventuellement devenus trop grands. Même certains bijoux. Et que dire des sous-vêtements…

Alors j’ai dû développer quelques trucs pour minimiser l’impact financier de ma perte de poids. Et, le cœur sur deux pattes que je suis vous partage aujourd’hui ce qui m’a permis de ne pas trop irriter la banque pendant mon cheminement.

Avant d’aller au magasin

Ne pas péter sa coche. Résister au besoin de refaire sa garde-robe à chaque fois qu’un vêtement est trop lousse. Étirer le plus possible le moment où on n’a pas le choix de remplacer un vêtement. Et ne pas dévaliser le centre d’achats. Rebâtir sa garde-robe petit à petit pour éviter d’avoir à refinancer la maison. Choisir seulement quelques morceaux indispensables. Même si on est arrivé à notre objectif final. Même si on veut que les gens remarquent notre nouveau body.

Choisir les bons vêtements. Avant ma perte de poids, je ne comprenais pas l’idée d’un pantalon à taille élastique. Y a-tu quelque chose qui empêche quelqu’un de monter un zipper dans la vie? C’est tu si fatigant que ça pour qui que ce soit? Je me posais la question sur la nécessité de la chose.

Mais pendant ma perte de poids, j’avoue avoir trouvé cette option très pratique, car les pantalons me faisaient beaucoup plus longtemps.

La robe est aussi devenue mon alliée. Facile à cintrer avec une ceinture quand elle devient trop grande, pas compliquée à altérer par une couturière, moins cher d’acheter de nouveaux collants que de nouveaux pantalons quand ils deviennent trop grands… Bref, beaucoup d’avantages.

La coupe du vêtement qu’on choisit a aussi de l’importance. Si on choisit des vêtements qui se portent plus amples et non ajustés, ils pourront être portés plus longtemps. Sans non plus jeter son dévolu sur les djellabas, y a quand même des limites!

Faire altérer ses vêtements trop grands par une couturière. Ou le faire nous-mêmes, si on a ce talent! Des fois, une petite couture bien placée peut faire faire un autre bout de chemin à un vêtement devenu trop grand.

Miser sur les accessoires. Ouais, ça peut être déprimant de porter les mêmes vêtements jour après jour après jour. On ne se sent pas full diva mettons… C’est là que les accessoires prennent toute leur valeur. Un foulard, des bijoux ou un sac à main ne deviendront pas trop grands avec la perte de poids. Et ça permet de jazzer nos tenues, en plus de satisfaire le besoin de retail therapy quand il se présente. Et comme on dépense moins sur le vêtement, on peut se permettre de se gâter un peu plus sur l’accessoire!

Acheter judicieusement. Si l’on sait que l’on va continuer à perdre du poids, une bonne stratégie est de choisir un vêtement qui est juste un peu trop ajusté à l’achat. L’inconfort sera de courte durée puisqu’on perdra du poids anyway. Et de cette façon, il nous fera plus longtemps.

Miser sur les essentiels. Pendant ma perte de poids, je n’avais qu’une paire de pantalons pour le travail, une paire de jeans, quelques hauts, une ou deux robes, deux soutien-gorge et une dizaine de petites culottes. C’était comme vivre en voyage tout le temps! Est-ce que je faisais du lavage comme si ma vie en dépendait? Yup! Mais ça m’évitait de dépenser inutilement en vêtements qui ne me serviraient qu’un court laps de temps.

Quelques idées pour se procurer des vêtements à moindres coûts

Bon, on a beau suivre ces conseils à la lettre, un moment donné, le pantalon nous descend aux genoux ou la poitrine est perdue dans le fin fond du soutien-gorge qui se ramasse à ne plus soutenir grand-chose… Alors il faut bien remplacer quelques morceaux par ci par là.

Acheter des vêtements usagés via les petites annonces

Quand j’ai dû passer de la taille XL à la taille L, je me suis tournée vers Kijiji. Y a tellement de choses à vendre là-dessus, pourquoi pas des vêtements. J’ai déjà moi-même vendu des Swiffer Sweepers, croyez en vos rêves!

Ça ne me tentait pas par contre de retontir chez une quidam pour essayer du linge dans son salon, alors j’ai acheté un lot de vêtements. Il y avait une liste détaillée de ce que j’achetais (vêtement, taille, marque) et des photos. J’ai aussi contacté la personne qui vendait pour savoir si le tout était en bon état et quelle était la raison pour laquelle elle s’en défaisait.

J’ai payé environ 45$ pour une vingtaine de morceaux. J’avoue que je n’ai pas tout conservé, et que quelques vêtements avaient connu des jours meilleurs du temps de Milli Vanelli. Mais j’ai quand même récupéré une dizaine de pièces. Et le tout m’a permis d’atteindre la taille M avant d’aller refaire ma garde-robe au magasin.

 La friperie entre amies

C’est vraiment la façon la plus sympathique de trouver des vêtements pas chers. Et en plus, c’est écolo et super tendance! Je l’ai fait deux fois depuis la fin de ma perte de poids. Et à chaque fois, j’ai été très heureuse du résultat.

Comment on organise ça, une friperie entre amies? On réunit quelques amies qui ont des vêtements ou des accessoires encore en bon état qu’elles souhaitent échanger. Personnellement, j’aime bien en faire un prétexte pour bruncher entre amies et boire quelques mimosas.

Avant de commencer, on s’organise :

  • Classer par grandeurs ce qui est offert en échange, soit sur des cintres ou sur des tables pour que tout le monde puisse voir ce qui est offert.
  • Prévoir un endroit où les participantes pourront essayer leurs trouvailles.
  • Limiter le nombre d’items que chaque personne peut apporter pour échanger car ça peut vite devenir ingérable. Un maximum de 5-6 items par personne est bien raisonnable.

Quand on a bu assez de mimosas pour commencer :

  • Choisir (préférablement au hasard) l’ordre dans lequel les participantes vont aller « magasiner » leurs nouveaux items.
  • S’entendre sur une limite d’items qui peuvent être réclamés à chaque tour (1 à 3 selon le nombre total).
  • Procéder jusqu’à temps que chacune ait entre les mains le même nombre de nouveaux items que ce qu’elle a apporté pour échanger.
  • S’il y a des items non réclamés, les participantes qui les ont amenés les rapportent ou on les offre à un comptoir vestimentaire.

Je le redis, c’est une activité vraiment trippante à faire!

 La friperie régulière

J’avoue ne pas avoir exploité ce filon pendant ma perte de poids. Je ne suis pas une grande fan de magasinage et encore moins une grande fan de fouiller pendant des heures pour trouver LA patente que je cherche. Je pogne l’air bête assez rapide dans les deux cas.

Mais de plus en plus, les friperies se donnent des airs de boutiques et il y en a plusieurs qui ont de belles vitrines et un système de classement qui ne rend pas fou.

Il y en a d’ailleurs de belles dans ma basse-ville et j’ai un goût grandissant d’aller y faire un tour, même si je ne suis plus en perte de poids. On s’habitue à ne pas payer cher pour des vêtements finalement!

Pour les occasions spéciales : la location de vêtements

Pendant une perte de poids, la vie ne s’arrête pas. Probable qu’on aura un mariage, une graduation, un entretien d’embauche, un party de Noël chic, etc… Et on fait quoi quand on veut être swell mais qu’on sait très bien que la belle tenue qui nous fait envie ne nous fera pas pour la prochaine occasion spéciale?

On loue au lieu d’acheter!

C’est une option qui ne m’est jamais venue à l’esprit pendant que je perdais du poids… soupir! Mais, c’est une tendance de plus en plus à la mode et répandue. En faisant un peu de recherche sur les interwebs, j’ai trouvé de multiples entreprises qui offrent ce service un peu partout au Québec.

Béatrice, l’inspirante auteure du blogue Eille la cheap, nous parle de son expérience de location de vêtements et d’accessoires dans cet article. D’ailleurs, je vous recommande chaudement ce blogue que je lis moi-même avidement. C’est une mine d’information pour tous ceux qui veulent combiner l’attitude « living large » avec une saine gestion du portefeuille.

L’amie qui vous veut du bien

J’ai eu la chance de pouvoir compter sur la générosité des gens de mon entourage qui ont pensé à moi et m’ont donné et/ou prêté des vêtements pendant que j’étais en perte de poids. À chaque fois, c’était comme Noël avant le temps!

Certes, il s’agit d’un élément sur lequel on n’a aucun contrôle et on ne peut pas faire le tour des garde-robe de notre entourage pour récupérer des vêtements. Mais, il ne faut pas avoir peur de dire qu’on est en perte de poids et de partager notre souci d’avoir à refaire constamment sa garde-robe. Ça pourrait tomber dans une oreille bienveillante!

J’en profite d’ailleurs pour remercier ces gentilles personnes qui m’ont aidée à améliorer ma garde-robe pendant ma perte de poids et même maintenant, j’ai beaucoup apprécié votre beau geste.

4 réflexions sur “Gérer sa garde-robe pendant une perte de poids

  1. France Boucher dit :

    Un élastique passé dans la partie arrière de la ceinture du pantalon ( on peut même le coudre à la main) empêche le pantalon de baillé et peut être porter 10 lbs de plus

    J'aime

  2. Josée T dit :

    N’hésitons pas à donner notre sac de vêtements qu’on s’apprête à chiper aux bacs de recyclage à nos amies de peur de les insulter. Nous serions surpris de voir qu’un vêtement qu’on ne porte plus depuis quelques moments peut fair le bonheur des autres. À moins d’avoir un gros coup de cœur, n’achetez jamais un vêtement a plein prix… soyez assurés qu’il deviendra en solde rapidement; il suffit de le « watcher » ! parole de magasineuse.🎀

    J'aime

    • Ça fait tellement plaisir de recevoir des nouveaux vêtements, accessoires, etc., je ne vois pas comment quelqu’un pourrait être insulté d’une telle attention!!! Mais c’est vrai que c’est délicat. Excellent truc que d’attendre les deals, je sais que tu es une experte en la matière d’ailleurs!

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s