Je n’ai rien d’exceptionnel : un peu de tough love!

Ouin, j’ai l’air bête de ce temps-là. Premièrement, ma chère ville a été victime d’un acte de barbarie. Je ne m’en remets pas encore vraiment. Not cool.

Et y a pas beaucoup d’ensoleillement, les Fêtes sont passées, y a trop de neige, mon chat aime mieux son coussin chauffant que moi…

Je vous promets que je vais revenir à ma bonne vieille attitude Roger-Bon-Temps dans le temps de le dire.

Mais pour le moment, laissez-moi vous dire la conclusion à laquelle j’arrive après réflexion : je n’ai rien d’exceptionnel. Ar-djien, comme disent nos amis beaucerons. Mis à part mon amour pour les chats. Il a des proportions jamais encore égalées.

(Je vais prendre une pause maintenant. Et aller connecter avec mon chat… Quitte à déploguer son estie de coussin chauffant!)

Pourquoi je vous partage cette constatation? Parce qu’il y a bien des gens qui pensent que ça prend quelque chose de spécial pour atteindre ses objectifs, notamment en matière de perte de poids. Mais je vous jure : si j’ai été capable de le faire, tout le monde peut y arriver.

Premièrement, il faut mettre les choses en perspective. J’ai juste perdu du poids. Ce n’est pas vraiment un exploit. Ça ne faisait pas partie des travaux d’Hercule. Ça ne mérite pas nécessairement un prix Nobel. Je vais quand même l’accepter si on m’en donne un. Mais je trouverais ça prématuré.

Deuxièmement, je déclare mon extrême ordinarité parce mettre les gens qui atteignent leurs objectifs dans une catégorie à part, c’est un peu avoir une bonne raison pour ne pas y arriver, nous.

Et troisièmement, tant qu’à être partie sur l’énumération, quand on met quelqu’un dans une catégorie à part, c’est comme si on diminuait son effort ou sa réalisation : « Oh? T’as complété un Ironman en composant une symphonie et en découvrant une cure contre le pied-main-bouche? Ouin, mais toi, c’est pas pareil, t’as tellement de motivation… »

Que nenni, mes bons m’sieurs/dames!  Voici à quel point on est tous pareil!

Stormtrooper

Personne n’a des journées de 38 heures

Comme tout le monde, je manque de temps pour toute. Ok, je n’ai pas 24 enfants et je ne passe pas ma vie entre deux avions. Mais le manque de temps est souvent plus une impression qu’une réalité. Et plus on essaie d’économiser le temps, plus il nous fuit.

Il n’y a pas de recette miracle pour trouver du temps pour : mieux manger, remplir un journal alimentaire, faire du sport, méditer, etc. Il faut juste être au clair avec ses priorités et, des fois, se choisir.

La vie n’est pas un buffet de motivation…

Quand on me dit que je suis tellement motivée… Ben pas tant que ça dans la vraie vie. Je suis souvent beaucoup plus motivée par mon divan que par mon sac de gym. On connecte, mon divan et moi. Il me comprend. Mais je choisis fréquemment mon sac de gym quand même.

Peu importe le changement qu’on veut mettre en place, ça ne sert à rien d’attendre un beau matin de se lever full motivé. Ça peut être long. C’est ce que j’ai eu pas mal de misère à comprendre : on ne commence pas par avoir de la motivation. On commence par faire quelque chose. Et la motivation vient après.

…ni d’énergie

Pour perdre du poids, il faut consacrer beaucoup d’énergie à son projet. Moi, mon niveau d’énergie dans la vie est assez low profile. Je ne suis pas la fille qui jumpe avec des pompoms en faisant la split dès qu’une occasion se présente.

Avoir de l’énergie, ça ne veut pas dire grand-chose de toute façon. Premièrement, ça ne veut pas dire que cette énergie-là va être canalisée au bon endroit. Pour le comprendre, il faut déjà avoir vu un chiot détruire une paire de bottes… Deuxièmement, tout le monde a une quantité limitée d’énergie, même ceux qui en ont beaucoup. Troisièmement, c’est comme pour le temps, on peut choisir de l’allouer où on veut, même si on a certaines contraintes.

Des fois, ça prend plus d’effort pour mettre ses running que pour aller marcher 30 minutes… Quand je manque d’énergie pour aller au gym, je me dis que je vais y aller juste 15 minutes. Faire la moitié de ma routine. Et vraiment pas forcer fort. Mais une fois rendue au gym, ça ne m’arrive jamais de faire une moitié de routine. L’énergie est soudainement au rendez-vous. Magie!

La vie n’est pas une Infopub

Infopub

Comment tu fais pour ne pas avoir faim en perdant du poids? Euh… Pouvez-vous répéter la question???

Quand on mange moins de calories que notre corps en a besoin pour vivre, c’est impossible de ne pas finir par avoir solidement faim. Y a personne qui perd du poids et qui ne souffre pas de la faim à un moment ou un autre. Sauf le monde des infopubs.

C’est inévitable d’avoir faim en perdant du poids. Personnellement, c’est à peu près aux demi-heures que ça m’arrive. Je deal avec. J’essaie de manger à une fréquence optimale des aliments qui vont me satisfaire le plus longtemps possible. Je bois de l’eau. Du café. Je mâche de la gomme. Je re-bois de l’eau. Je me change les idées. Je chante des chansons. J’écris un blogue.

Mais j’ai faim.

Personne n’a de score parfait

J’ai fait plus ou moins 36 ans d’essais/erreurs avant de trouver ce qui marchait pour moi pour perdre du poids. Donc, non, ça n’a pas été facile. Non, ça n’a pas été vite. Oui, j’aurais vraiment aimé y arriver avant.

Et pire : d’avoir réussi en ce moment ne veut absolument pas dire que je ne me planterai pas dans l’avenir.

C’est la vie. Ça n’a pas à être parfait.

On ne court pas tous des marathons

On dirait que c’est tout ou rien. Soit t’as 300 livres à perdre, soit tu fais des ultra marathons. Souvent, les gens qui ont réussi à perdre un poids considérable deviennent par la suite des méga-athlètes pus arrêtables. Je pense à Jimmy Sévigny. Ou à cette dame qui a perdu 160 livres et qui a couru son premier marathon l’été dernier.

Ça met la barre haute. Ça nous dit que, peut-être, on n’est pas fait de ce bois-là. Qu’on n’a finalement pas ce qu’il faut pour atteindre notre objectif.

Mais tsé, c’est pas obligé de courir des marathons. Pour ma part, oui, je suis devenue plus active. Mais je n’ai pas spécialement accompli d’exploits sportifs. Ni ai-je l’intention de. On peut bien tirer la ligne où on veut. Et continuer d’admirer ceux qui vont plus loin. Mais assis sur notre divan!

Bref, baboune mise à part, c’est une message important que je voulais convier ici : tout le monde peut le faire. Je vous jure. Il faut juste se faire confiance. Et foncer!

Nanette sur son coussin

3 réflexions sur “Je n’ai rien d’exceptionnel : un peu de tough love!

  1. Alice dit :

    Merci pour tes précieux conseils Mylène, c’est très encourageant et grâce à toi je viens de m’alléger de 4 kg, alors que ça fait des années que je n’arrivais pas à en perdre 2…bien sûr il m’en reste encore pas mal à perdre (10 idéalement) alors ce n’est que le début mais je pense que tu m’as ouvert les yeux sur pas mal de choses que je reniais: comme le nombre de calories que j’ingérais chaque jour, les portions gigantesques que j’avalais ou le fait de croire que seul le sport allait me faire maigrir sans avoir besoin de moins manger. J’utilise FitnessPal comme journal alimentaire et je ne rentre plus mes exercices physiques dedans comme je l’ai lu dans un de tes billets, de toute façon, le seul effet que ça faisait était de me faire manger plus car je venais de dépenser beaucoup de calories…bref, tu es un exemple à suivre pour moi et en plus j’aime ton humour dans tes articles, tu écris très bien. Alors en ces temps moroses, ne lâchons pas et le soleil sera bientôt de retour!

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s