Perdre du poids : un tremplin vers les plus hauts sommets!

 

Aujourd’hui, je veux vous présenter mon amie Hélène.

J’ai connu Hélène il y a déjà plusieurs années, par amis interposés. Impossible de ne pas tomber sous son charme! Hélène est l’amie de tout le monde, elle a un sourire grand comme la terre. Elle déborde d’énergie, elle a toujours mille et un projets. Elle fait du couch surfing, elle aime voyager, cuisiner, rire.

Comme moi, Hélène a perdu beaucoup de poids dans les dernières années (45 livres) en changeant ses habitudes alimentaires et en faisant du sport.

Comme moi aussi, Hélène a perdu un de ses parents à cause du cancer. Dans son cas, c’était sa chère maman, la belle Dina aux ancêtres portugais et aux magnifiques yeux foncés, dont Hélène a d’ailleurs hérité.

Mais Hélène a décidé de faire de cette triste épreuve quelque chose de beau, et quelque chose de bien. Pour amasser des fonds pour la recherche sur le cancer, elle s’est lancé le défi d’aller faire l’ascension du Kilimandjaro. Rien de moins!

Elle a réussi à amasser 13 150 $ en 3 mois et elle s’est rendue jusqu’en haut du Kili! Elle revient avec une fabuleuse histoire à raconter et le sentiment du devoir accompli.

C’est une femme d’inspiration, de courage et de détermination que je vous propose de découvrir.

Tu nous parles un peu de toi ?

Je travaille dans un cégep depuis 2008 auprès des jeunes afin de favoriser leur réussite scolaire.

J’adore travailler auprès de cette clientèle. Ça me rappelle que je me posais les mêmes questions qu’eux à cet âge. Ce n’est pas toujours évident à 18 ans de savoir qui nous sommes, ce que l’on veut et ce que l’on vaut… On ne sait pas encore tout à fait ce dont nous sommes capable et vers où nous irons dans la vie. Parfois, on ne le sait toujours pas à 36 ans!

As-tu toujours eu des problèmes de poids ?

J’ai toujours été plus boulotte que la moyenne depuis aussi longtemps que je me rappelle. Comme la plupart de celles aux prises avec des problèmes de poids, j’ai eu bien des périodes yo-yo! Je ne comprenais pas ce qui se passait dans mon corps quand je perdais du poids ni quand j’en prenais, car je suivais des recettes de régime toutes faites. Ça marche sur le coup, mais pas à long terme.

Dans ma famille, nous étions actifs mais pas très sportifs. Par contre, nous avions une saine alimentation. Aujourd’hui, avec du recul, je comprends que même si je mangeais très bien – du tofu, des légumineuses, du poisson et des légumes en masse même dans les années 80! -, je mangeais trop et ne faisais pas assez d’activité physique.

Qu’est-ce qui t’a motivée à perdre du poids? Y a-t-il eu un élément déclencheur?

J’ai essayé à plusieurs reprises de perdre du poids. En 2011, j’avais réussi à perdre 25 livres, mais je les ai vite reprises (et bien plus!) lorsque ma mère est tombée malade. Je crois que je n’ai jamais autant mangé mes émotions!

Entre 2013 et 2014, j’ai commencé à faire beaucoup d’activité physique : plein air la fin de semaine, entraînement en salle et spinning la semaine. J’ai même consulté une kinésiologue.

Pourtant, tout ça a eu un effet très léger sur mon poids. Après 2 ans, j’avais seulement perdu 8 livres!

Et puis, j’ai eu 35 ans…

À ce moment-là, j’ai décidé de changer pour vrai. Le soir de ma fête, j’ai pris deux résolutions : 1- retrouver un poids santé (donc perdre 50 livres) et 2- faire l’ascension du Kilimandjaro en octobre 2016, un projet mythique que j’avais en tête depuis 3 ans!

C’était super secret au début, je n’en parlais à personne. Je ne croyais pas encore que c’était possible. J’avais essayé tellement de fois.

Petit à petit, j’y ai cru. J’ai enfin compris le fonctionnement du corps humain face à l’alimentation et l’entraînement! J’ai aussi été inspirée par une collègue qui avait perdu 70 livres en 1 an et demi. De voir qu’elle avait réussi, ça m’a redonné des ailes. Ça voulait dire que ce n’était pas seulement les femmes des magazines qui pouvaient le faire ni celles qui sont payées par des compagnies comme Weight Watchers. On peut tous le faire!

Un an plus tard, j’avais perdu 45 livres, une livre à la fois, parfois avec des plateaux, parfois avec des remontées, mais surtout en misant sur la constance, sur le changement durable de mes habitudes alimentaires et sur la pratique régulière de l’activité physique.

Quels seraient tes trucs et conseils pour la perte de poids?

  • Se trouver un coach ou un partner. Débuter le processus de perte de poids avec une autre personne pour s’encourager, s’aider à tenir le coup.
  • Avoir des objectifs à court, moyen et long terme. Pour moi, le court terme était de perdre 10 livres et de courir mon premier 5km (check, 3 mois après le début de ma perte de poids !). Mon objectif à moyen terme était de courir un 10km, monter 20 montagnes en un été et perdre 35 livres (check!) et mon objectif à long terme : l’ascension du Kilimandjaro (méga check!).
  • Accepter que, pour perdre du poids de façon durable et maintenir sa perte de poids, il faudra changer ses habitudes alimentaires complètement et pour toujours. Pas seulement lors de la période de perte de poids. Ce n’est pas un régime, c’est un style de vie!
  • Comprendre les calories. C’est seulement mathématique. J’ai résisté longtemps, car je trouvais ça compliqué et je ne voulais pas être la « freak des calories ».  Mais à partir du moment où j’ai commencé à lire sur le sujet et à comprendre le fonctionnement, j’ai réellement commencé à perdre du poids.
  • Ne pas se priver d’un aliment, mais plutôt le manger avec modération. J’ai un gros faible pour le popcorn. Alors au lieu de manger tout le sac au complet, j’en mets dans un bol, je range le sac et je mange seulement ce qu’il y a dans mon bol.
  • Trouver l’activité physique qui nous fait tripper. Je n’ai jamais aimé aller au gym et j’ai perdu 45 livres sans y mettre les pieds une seule fois! J’avais la randonnée, la course, le spinning, les workouts de groupe, etc. J’adore ces sports, donc ce n’était pas difficile d’y aller.Hélène en randonnée

Décris-nous le moment où tu as pris la décision d’aller monter le Kilimandjaro?

Je me suis inscrite au défi le 22 mars 2016. J’avais déjà perdu 40 livres et je me suis dit : « GO ! »

Je me sentais prête et enthousiaste et, en même temps, j’avais tellement peur… Je voulais le faire pour ma mère, pour la recherche sur le cancer, mais j’avais aussi peur que mon corps me lâche et de ne pas pouvoir persévérer jusqu’au bout.

En plus, je devais faire une collecte de fonds de 12 500$ en 4 mois! Je n’avais jamais fait ça et je ne savais pas trop comment m’y prendre. Alors, j’ai juste plongé! J’y suis allée avec mon instinct et j’ai amassé 13 150$ en 100 jours.

Comme avec la perte de poids, parfois, il faut juste se lancer!

Qu’est-ce que tu as fait pour te préparer?

J’ai monté 20 montagnes en trois mois avant mon départ !

Je me suis aussi entraînée dans les escaliers du Cap-Blanc, à monter et à descendre à répétition. J’ai fait de la course pour améliorer mon cardio. J’ai couru mon premier 10 km en moins d’une heure un mois avant mon départ.

Je faisais aussi des cours de workout sur l’heure du dîner. Je marchais partout, je prenais toujours les escaliers. Si j’étais en bus, je sortais au moins un arrêt avant mon arrêt réel et je marchais jusqu’à ma destination.

Quel a été ton plus grand défi ?

Accepter que mes progrès étaient lents. Très lents. J’avais des partenaires occasionnels de rando ou d’escaliers qui me « clenchaient » même s’ils s’entraînaient la moitié moins que moi. C’était parfois très décourageant! Mais ils me poussaient à me donner encore plus. Je le prenais en riant aussi.

En fait, j’ai découvert que ma grande force c’est l’endurance, pas la rapidité. Je monte une montagne moins vite, mais je vais monter plus longtemps, sans avoir à faire plusieurs pauses. C’était parfait pour le Kili car, là-bas, ceux qui réussissent montent tranquillement, mais sûrement. On a tous une force pendant une activité physique, suffit de la trouver!

Uhuru Peak

Qu’est-ce qui t’a le plus marquée lors de l’ascension?

Ouf, tellement de moments m’ont marquée! La chaleur de l’équipe tanzanienne et leur dévouement. Les couchers de soleil au-dessus des nuages, les étoiles par millions, les cactus géants endémiques, les paysages lunaires…

Mais le moment que je n’oublierai jamais est sans contredit la journée du sommet. Ce jour-là, nous sommes partis à 5h du matin. Il faisait -16°C. Mon eau et mes mains étaient glacées, mais mon cœur était gonflé à bloc! J’y étais! Enfin…

Une heure environ après le début de l’ascension, je me suis retournée et j’ai vu le lever du soleil. C’était tellement beau.

Environ 1h avant l’arrivée au premier sommet (parce qu’il y en a 2), nous montions déjà depuis 7 heures. J’avais faim, j’avais beaucoup de symptômes du mal des montagnes à cause de l’altitude (maux de tête, étourdissement, nausées, fatigue) et j’ai craqué. Notre guide est venu me voir, m’a offert un biscuit au gingembre et m’a dit en mettant une main sur mon épaule : « Tout va bien, Hélène. C’est normal, tu es capable, respire, tu vas monter. »

J’ai mangé son biscuit, j’ai respiré, je me suis calmée et j’ai continué. Après ce moment, c’est uniquement ma détermination qui a fait en sorte que j’ai continué malgré les symptômes. Je pensais à ma mère, je la voyais dans les nuages.

Je n’ai jamais marché aussi lentement! Mais quand je suis arrivée à 5 895m, au plus haut sommet de l’Afrique, mon cœur a explosé! L’émotion ressentie à ce moment-là est la plus intense de toute ma vie! Un sentiment d’accomplissement incroyable! Juste… wow!

Est-ce que ça a valu la peine?

Vraiment. Tous les efforts, les séances d’entraînement, les événements pour ma collecte de fonds, les pas marchés sur la montagne… Je ne pourrai jamais oublier cette aventure.

Maintenant que tu es de retour, comment rester motivée après l’atteinte d’un tel objectif?

Ça, c’est une super bonne question!

Pour rester motivée, il me faut un nouvel objectif! Les objectifs m’aident énormément à maintenir le cap. En ce moment, je suis en réflexion. Je continue à m’entraîner parce que ça fait maintenant partie de ma vie quotidienne. Je ne pourrais plus m’en passer. Je ne pensais jamais dire ça un jour!

J’aimerais partager mon expérience avec d’autres personnes qui ont ce même rêve. J’aimerais aider les gens à croire qu’eux aussi, ils peuvent y arriver.

Ma prochaine aventure reste donc à découvrir! Des idées?

Qu’est-ce que tu conseillerais aux gens qui souhaitent atteindre un objectif aussi ambitieux que le tien?

Réaliser un rêve, ça n’a pas de prix.

Il faut s’accrocher. Persévérer. Rêver. Croire. Avoir l’espoir que tout est possible.  Trouver une motivation plus forte que soi. C’est là que l’on découvre à quel point on est plus fort qu’on pense!

Autre chose que tu souhaites partager?

Quand une personne chère nous quitte, ce qu’on se remémore, c’est les souvenirs avec elle et les sentiments qui nous habitent. L’amour, le respect, l’admiration… Rien d’autre n’a d’importance. Pour passer au travers du deuil, pas besoin de monter le plus haut sommet d’Afrique ! Mais on peut donner un sens à tout ça. Transformer cette période douloureuse en quelque chose de positif.

Et pour moi, ça été un sourire radieux que j’apercevais au travers des nuages et des étoiles du Kilimandjaro.

Fuck le cancer

3 réflexions sur “Perdre du poids : un tremplin vers les plus hauts sommets!

  1. Josée T dit :

    Je suis sans mot…. Incroyable hein Mylène! On comprends qu’ Hélène est une personne disciplinée et attachante. Merci pour ce texte inspirant qui mène à la réflexion sur nous-mêmes et qui donne de l’espoir à tous ceux vivant avec un problème de poids ou autre. Tout est possible quand on y met les efforts nécessaires. Juste à point pour les résolutions du Jour de l’An.🎀

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s