Marathonienne et maman : ses trucs de pro pour trouver du temps!

 

Le manque de temps est l’excuse qui me vient le plus facilement quand ça ne me tente pas de faire quelque chose. Surtout quelque chose de bon pour moi, ou qui demande un effort plus soutenu, ou qui risque de changer mes habitudes.

J’aimerais cuisiner plus – manque de temps

J’aimerais faire du transport actif pour aller travailler – manque de temps

Il faudrait que je me couche plus tôt – manque de temps

Je devrais apporter mes lunchs au bureau – manque de temps

Je veux stalker la nouvelle blonde de mon ex sur Facebook – je vais ben trouver quelques minutes…

Pour perdre du poids, il a fallu que je prenne le temps. Et que j’arrête de me trouver trop occupée pour changer mes habitudes, remplir mon journal alimentaire, avoir un mode de vie moins sédentaire, etc.

Et quand j’avais le goût de me croire, de trouver que mon horaire était beeeeeeeaaaaaucoup trop chargé pour changer quoi que ce soit, je pensais à ma cousine Anne-Marie. Et à chaque fois, je concluais que je ne manquais pas de temps, mais de motivation. Il y a une bonne différence entre les deux!

Anne-Marie a été une inspiration pour moi. Et c’est pour cette raison que je souhaitais la présenter sur le blogue.

Maman monoparentale de 3 adorables jeunes enfants, elle travaille à temps plein et étudie à la maîtrise en administration des affaires. Et, le 25 septembre 2016, elle complètera son 2e marathon! Avouez que ça en jette!

Mais comment trouve-t-elle le temps? Elle a accepté avec gentillesse de nous donner quelques-uns de ses trucs.

Peux-tu te présenter en quelques mots?

Je travaille à temps plein comme conseillère expert en assurance de dommages pour Intact Assurance.

Je suis une maman solo de 3 enfants, 2 fillettes de 7 et 9 ans et un garçon de 4 ans.

Présentement, j’en suis à terminer ma maîtrise en administration des affaires, il me reste 2 sessions seulement.

Je n’ai pas beaucoup de temps pour les loisirs, les entraînements occupant une bonne partie du temps qui reste ainsi que mon copain. Je suis actuellement dans la phase intensive de ma préparation pour mon 2e marathon qui aura lieu le 25 septembre prochain, à Montréal.

Comment as-tu commencé à courir? Qu’est-ce qui t’a motivée à vouloir compléter ton premier marathon?

En septembre 2012, je regardais les nouvelles avec mon nouveau-né dans les bras et il y a eu un reportage sur le marathon de Montréal. J’ai aimé ce que j’ai vu, les coureurs avaient l’air heureux. J’étais à la recherche de nouveaux défis et, à ce moment précis, je me suis dit : « L’an prochain, je ferai 10km! »

En septembre 2013, je me suis donc retrouvée sur la ligne de départ de ma toute première course avec absolument aucun entraînement dans les jambes. J’ai complété le 10km en 1h16 et j’ai adoré l’ambiance, l’intensité physique et le sentiment d’accomplissement qui s’en est suivi.

L’année suivante, j’avais pris la décision de m’inscrire une seconde fois au 10km. Malheureusement, je m’y suis prise trop tard et il était complet. Comme je trouvais que 5km ce n’était pas assez et que j’avais complété mon 10km assez facilement, je me suis dit : « Un demi… c’est 2 fois 10km et des poussières, je peux le faire!!! »

Le 28 septembre 2014, avec encore une fois à peu près aucun entraînement et aucun en haut de 10km, je me suis présentée au fil de départ de mon premier demi-marathon avec beaucoup d’espoir et aucune idée de ce qui s’en venait. De peine et de misère, j’ai terminé le demi-marathon en 2h50. Ce fut un moment inoubliable pour moi et, à partir de ce jour, j’ai eu envie de m’entraîner plus.

C’est aussi à partir de ce premier demi-marathon que je me suis mise à rêver. Comment on peut se rendre à courir 2 fois plus loin que ça pour terminer un marathon? Je sentais que le rêve était inaccessible pour moi…

Et comment as-tu réalisé ce rêve?

Le temps a passé. Mon entraînement était un peu anarchique. Début 2015, je décide que je veux aller plus loin et je m’inscris à mon premier 30km qui aura lieu en novembre 2015. Entre-temps, je complète plusieurs demi-marathons heureusement beaucoup moins difficiles que le premier! À l’été 2015, je vois que le 30km s’en vient et que je ne m’entraîne toujours pas énormément. Je sais que je peux me lever un beau matin et aller courir un 21km, mais un 30km?…

Fin septembre 2015, une amie me suggère d’essayer un plan d’entraînement pour m’aider à bien gérer ma progression. Je le débute en octobre 2015.

Le 8 novembre 2015, je complète la distance de 30km à travers les côtes de Bromont. Ma vie de coureuse a changé ce jour-là. Je me suis préparée pour la distance et j’ai réussi. J’étais maintenant prête à prendre la route du marathon.

Début décembre 2015, je commence mon plan d’entraînement pour courir un marathon en moins de 4h de la Clinique des coureurs. Ce plan me mènera au fil d’arrivée de mon premier marathon à Ottawa le 29 mai 2016.

À quoi ressemble une semaine typique chez toi?

Difficile de définir un horaire typique. Il y a souvent des imprévus.

Règle générale, ça ressemble à ceci : j’ai mes enfants en garde partagée, je travaille 35 heures par semaine et je suis à l’université environ 2 jours de fin de semaine par mois.

J’ai adapté mon entraînement en fonction de la présence des enfants à la maison. Quand ils sont là, je fais moins de kilomètres, par choix. Pour ne pas les priver de maman durant les soirs de semaine. La semaine où je suis seule, je rattrape le temps perdu et je peux parfois doubler mon nombre de kilomètres.

Tes meilleurs trucs pour trouver du temps et atteindre tes objectifs?

  •  Trouver des raccourcis. Accepter que, des fois, on va manger du surgelé pour les repas du soir et que la maison ne sera pas toujours 100% en ordre.
  • Planifier son horaire. Maintenir un agenda familial pour une meilleure gestion du temps.
  • Accepter l’aide. Grand-maman veut les enfants pour une demi-journée? Super! Il faut savoir déléguer!
  • Être flexible. Autant dans l’horaire que dans l’entraînement.
  • Faire participer les enfants et le conjoint. S’entraîner en famille.
  • Identifier et gérer ses priorités.
  • Avoir le support de son conjoint.

Quel a été ton plus grand défi? Comment l’as-tu surmonté?

 Maintenir la constance!! Quand on a un horaire aussi chargé, c’est parfois tentant d’aller se coucher au lieu de remplir ses obligations.

Mes trucs :

  • Parfois, oui, je vais me coucher! On ne veut pas s’épuiser non plus…
  • Avoir un objectif et se le rappeler dans les moments où on est moins motivé. Se fixer des petits objectifs entre-temps.
  • Trouver un plan d’entraînement qui n’est pas trop exigeant. Si c’est trop difficile, il est facile d’abandonner.
  • Avoir du fun! Faire quelque chose qu’on aime.Si c’est une corvée, c’est sûr que la motivation y est moins.

Avouez que c’est inspirant! Merci cousine, et bonne chance pour le marathon de Montréal! 

Une réflexion sur “Marathonienne et maman : ses trucs de pro pour trouver du temps!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s